Pouvoir

Publié le par Sisyphe

 

 

 

Tu pourras,

 

Te faire pavé de ville,

Fleur de campagne,

Palmier des îles,

Ou pin de montagne,

 

Chasser l’horizon,

Courir aux quatre coins,

Chercher le fond,

Ne regarder que demain,

 

Tu pourras,

 

Fuir ce qui te trouve,

Avoir ce que tu souhaites,

Fermer ce qui s’ouvre,

Faire que le temps s’arrête.

 

Prendre ce qu’on te donne,

Reprendre ce que tu as offert,

Être l’arbre et la pomme,

Croire te soustraire a hier.

 

Mais tu ne parviendras,

 

Quels que soient les confins,

De tes rêves, tes illusions,

De tes espoirs, tes desseins,

Du sommet, jusqu’au fond,

 

A tarir ce qui pleure en toi,

A déterrer ce que tu sèmes,

A changer ce que tu vois,

A l’intérieur de toi-même.

 

Tant que tu n’accepteras pas.

 

 

 

   Car il n’est de combat. L’affrontement n’est qu’une erreur. Briser le miroir ne fera que multiplier les reflets de ce que tu ne veux voir. N’est que de trouver, d’accepter le pourquoi, d’en extraire le parce que afin de comprendre qu’il n’est d’autre ennemi que soi.

 

 

 

 

M.R 2011

Publié dans In partibus

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ari Amy 23/05/2011 13:22



Effectivement ! Nous sommes notre pire ennemi, car il est facile de voir la paille dans l'oeil du voisin et si difficile de voir la poutre dans le nôtre. Et puis, même une fois qu'a
reconnu le problème, on offre toutes les résistances pour n'en rien changer.



Sisyphe 24/05/2011 06:08



Ainsi en va t il de la plus part des occidentaux -mais pas que-



Ari Amy 20/05/2011 22:14



Je reviendrai fureter sur ton site et te remercie de ton commentaire ; d'autant plus que tu es revenu loin en arrière sur les textes de mon blogue.



Sisyphe 23/05/2011 07:42



Oh^^ merci de ton passage Ary, je remonterai doucement ton blog-histoire, pour enfin arriver a lire tes editions au jour le jour, a bientôt



songe 18/05/2011 18:55



la clé serait de se comprendre et de s'accepter ?



Sisyphe 19/05/2011 08:12



Une des clés oui... l'un se fond dans l'autre, si l'on comprend on accepte mieux, car il n'y a que le parce que pour faire disparaitre un pourquoi.


Cela dit, il reste tout a fait cavalier de ma part -et peut être reducteur- de "condenser" un partie de la sagesse bouddhiste en quelque miserables vers.



Tonton Benjy 18/05/2011 17:54



Cela fait de moi un adversaire coriace!



Sisyphe 19/05/2011 08:07



Rien que le mot "adversaire" est une erreur...



Clo :0038: 18/05/2011 11:03



Duel moi contre moi pour comprendre moi et m'accepter ....


Pas évident du tout !!!!


En plus, ça doit faire bigrement mal !!!


Bises et merci pour cette belle page :)



Sisyphe 19/05/2011 08:06



Il n'est pas evident de sortir de l'idée du duel oui, la reste le plus dur.. : comprendre qu'il n'est point de combat. -ce qui n'est pas rendre les armes non plus^^-


 


Merci a toi Clo, bises :)