L'une et l'autre

Publié le par Sisyphe

 

Il y a cette grande boule brillante

Suivie d’une autre qui va trottant

Qui va en s'égrainant doucement

En petits morceaux d'étoile filante.

 

L’une file comme fuit le vent

Exilant à l’éternelle poursuite

L’autre qui s’effile et s’effrite

Dans son tissu de poursuivant.

 

Il y a cette grande boule luisante

Qui va disparaissant tendrement

Au milieu d’un ciel étoilé d’avant

Traces d’existence de la suivante

 

L’une meurt comme passe le temps

Suivant sa voie et respectant le rite

L’autre s’éparpille définitivement

Si une seule manque, aucune n'existe.

 

 

 

 

 

M.R 2012

Publié dans In partibus

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

songe 05/12/2012 14:59


Malgré la fin, ce texte me donne envie de papillonner.

Sisyphe 14/12/2012 17:15



vole papillon vole :D



Mathilde 26/11/2012 12:57


Ce que tu écris transporte littéralement.


Et je continuerai de te lire, aussi longtemps que ce blog continuera d'ÊTRE.

Sisyphe 27/11/2012 09:56



Merci beaucoup :)



la vieille dame 25/11/2012 08:13


Quelle surprise ce titre (qui m'est si familier) ..et ton interprétaion de l'impossible séparation des contraires et des complétudes. Universellement... les exemples seraient pléthore. 


Jusq'au plus profonds de nos atomes qui sautent dans tous les sens et pourtant n'ont qu'un destin unique. 


Je t'embrasse ;) merci.

Sisyphe 27/11/2012 09:56



Merci a toi Nath :)



Sékateur 24/11/2012 20:03


Tu vas encore penser que j'imite le Punk, mais c'est une belle histoire de boules...

Sisyphe 24/11/2012 20:23



Ha ha! ^^ excellent commentaire Sék;) merci pour le sourire!


 


voui, le Punk qui a disparu d'ailleurs :(